mercredi 29 août 2012

La Reine des Lectrices d'Alan Bennett



Résumé : Que se passerait-il outre-Manche si, par le plus grand des hasards, Sa Majesté la Reine se découvrait une passion pour la lecture ? Si, tout d'un coup, plus rien n'arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu'Elle en vienne à négliger ses engagements royaux ?
C'est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les sœurs Brontë, le sulfureux Jean Genet et bien d'autres défilent sous l'œil implacable d'Elizabeth, cependant que le monde empesé et so british de Buckingham Palace s'inquiète : du valet de chambre au prince Philip, d'aucuns grincent des dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessus dessous l'implacable protocole de la maison Windsor.
C'est en maitre de l'humour décalé qu'Alain Bennett a concocté cette joyeuse farce qui, par-delà la drôlerie, est aussi une belle réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.

Mon avis : Ce simple petit livre, qui se lit assez vite (en une heure l’affaire est pliée), a réussi à me bouleverser tout l’estomac et le cœur, m'a arraché pleins de sourires, et à me donner encore plus envie de lire que je ne l’avais jamais été.

L’histoire est simple, la reine d’Angleterre, vieille comme elle est, découvre un jour, le plaisir de la lecture, et il en découle alors un feu d’artifice, un arbre aux multiples branches, un effet papillon, qui lui fait lire, un peu, puis beaucoup, et jusqu’à ce que ça en devienne indispensable.
Alors forcément, pour les gens de la monarchie, c’est pas bien, vous comprenez, une reine qui lit, au lieu de s’occuper comme il se doit de ses devoirs…

Ce livre m’a bouleversé l’estomac, parce que je ne pensais pas qu’il n’y avait que le peuple qui lisait. Je croyais que les politiciens, ou les monarchiens (j’invente un mot là non ?), lisaient eux aussi. Que la reine s’ennuyait tellement qu’elle lisait tout le temps. Et je me suis trompée. Après, peut-être que c’est faux, vu que ce livre est une fiction, mais tout de même, je suppose que c’est la vérité.
Et j’ai vraiment trouvé ça horrible qu’on lui fasse disparaître ces livres.
Ce livre nous montre qu’une reine se doit d’être une décoration rien de plus. Et si j’ai adoré la reine, et Norman, tous les autres personnages, mais vraiment tous (sauf un petit vieux à un moment), m’ont énervé et m’ont donné envie de hurler. Parce que la reine n’a pas à lire, parce qu’elle à d’autres choses à faire. Comme si lire était mal, comme si lire n’apportait rien, comme si c’était les délurés qui lisaient. Alors que pas du tout, lire permet de rencontrer un univers, de découvrir le monde, et c’est bien pratique pour une reine qui n’y connaît rien et qui s’est sans cesse basé sur l’apparence et qui découvre là des gens qu’elle a rencontré et qu’elle n’a jamais imaginé ainsi.

Ce livre m’a arraché pleins de sourires, parce qu’il est fait d’un cynisme bien maitrisé, que beaucoup de phrases m’ont fait sourire pendant que d’autres personnages grinçaient les dents, que la reine m’a paru vraiment adorable, et que je la plaignais.
La relation entre Norman et elle était vraiment jolie.
Et puis, pas mal de phrases étaient vraiment bien adressés à ceux qui aiment lire, ou non, c’était des phrases vraies sur la littérature, qui m’ont vraiment fait plaisir, et fait chaud au cœur.

D’autant plus, que finalement, le personnage principal est des plus original : La reine d’Angleterre en personne ! Mais je trouve, que cela fait un meilleur impact, du coup, et que ça entoure vraiment bien le fait de lire, du coup.

Je pense que ce simple petit livre de cent vingt pages, peut réellement avoir beaucoup d’impact. Je le conseille à tous ceux qui aiment lire. A ceux qui n’aiment pas lire. A ceux qui ont peur de lire.
A ceux tout simplement qu’ils veulent savoir ce que c’est de lire vraiment, quand on commence, et quand on n’arrive plus à en finir. 

Note : 5/5 Coup de coeur °0°.

Anecdote : Je remercie mille fois Lilyroseyy de me l'avoir offert pour le swap ~ Je regrette pas du tout *o* ! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire